Clicatz entà d'agranir

Clicatz entà d'agranir

Clicatz entà d'agranir

Clicatz entà d'agranir

Clicatz entà d'agranir
Batsarra a la fac de Pau Punks contra lo CPE AAP en lo seguici A la Tor deu Borrèu Tags per las carrèras

Clicatz entà d'agranir

Clicatz entà d'agranir

Clicatz entà d'agranir

Clicatz entà d'agranir

Clicatz entà d'agranir
Tags per las carrèras Preparcion de bandaròlas Bandaròla a la fac de Pau Bandaròla a la fac de Pau Caca Prout Encore

Clicatz entà d'agranir

Clicatz entà d'agranir

Clicatz entà d'agranir

Clicatz entà d'agranir

Clicatz entà d'agranir
Tags per las carrèras Tags per las carrèras Aperet a la cauma Caca Prout Encore Embarrament a la Sorbona !

Clicatz entà d'agranir

Clicatz entà d'agranir

Clicatz entà d'agranir

Clicatz entà d'agranir

Clicatz entà d'agranir
Paperòts per las carrèras AAP per las carrèras Preparacion a la fac Aucup de la fac de Pau Bandaròlas a la fac de Pau

Clicatz entà d'agranir

Clicatz entà d'agranir
Preparacion de las bandaròlas Aucup de la fac de Pau

 

"Lachez pas" peu grop l'Orosité

 

Comunicat de la CNT 11 / Communiqué de la CNT 11
Le CPE est mort, finissons le boulot !

Le CPE est mort. Remplacé par un contrat aidé, des mesures "en faveur de l'insertion professionnelle des jeunes les plus en difficulté, de 16 à 25 ans, de faible niveau de qualification et résidant dans les zones sensibles". Comment ? Avec des aides de l'État aux employeurs qui embaucheraient en CDI des jeunes en difficulté. Avec le CPE, les patrons obtenaient 3 années d'exonérations de charges patronales. Avec les nouvelles mesures, combien vont-ils encore gagner ? Les exploiteurs patentés n'auront donc pas tout perdu. D'autant plus que l'article 8 (CPE) de la loi sur l'égalité des chances n'est pas le seul article pourri. Et la mesure qui légalise l'apprentissage dès 14 ans, et le travail de nuit dès 15 ans, et le contrat de responsabilité parentale (suppression des allocations familiales). Plus de 2 mois de lutte, d'effervescence, d'actions, de blocages, et combien d'arrestations : 4000, des peines pouvant aller jusqu'à 8 mois ferme pour jets divers sur les condés, délirant ! Combien de blessé-e-s, parfois gravement, comme Cyril Ferez (qui est enfin sorti du coma, mais avec quelles séquelles ?), oublié dans les déclarations de tous les grands leaders syndicaux et politiques ce jour. Combien de coups de matraque, de jets de gaz lacrymogène avons-nous subis pendant que ces mêmes leaders discutaillaient.

Le Peuple a bien fait son boulot, manifesté, organisé des actions, des blocages, reçu des coups, s'est fait gazer, hospitaliser pour beaucoup. Eh bien, rentrez au bercail, on s'occupe de tout maintenant, nous allons débattre avec le pouvoir dans des salons dorés en buvant du champagne. On se doit d'oublier les personnes arrêtées, enfermées, blessées, humiliées par la police ! Les sbires de la BAC et autres polices et CRS, qui nous ont tabassé-e-s lors des blocages de gare, occupations, doivent bien se marrer. Ils se sont bien défoulés, amusés et ils vont continuer à nuire comme si rien ne s'était passé. Nous n'oublierons pas ces actes et soutiendrons tous les inculpé-e-s.

Et le CNE ???? Aucune déclaration non plus ce jour pour dénoncer le grand frère du CPE chez "nos" grands chefs syndicaux et politiques. Mêmes mesures dérogatoires au code du travail, absence de motif de licenciement et période d'essai de 2 ans, 400 000 personnes déjà prises dans cette mâchoire infernale de la précarité et de la soumission. On les laisse dans ce contrat de merde. Il fallait profiter de l'occasion pour demander son abrogation, c'était le minimum syndical, non ? Auraient-ils honte de n'avoir rien fait en septembre 2005 lors de la sortie du CNE. En tout cas, la jeunesse donne une bien belle leçon de syndicalisme et de méthodes de lutte aux bureaucrates. Les revendications des étudiant-e-s et des lycéen-ne-s allaient au-delà du retrait du CPE, continuons à lutter sur cette base. Il faut déborder lecadre du CPE, remettre en cause la flexibilité, les 35 heures, la précarité, les salaires, les conditions de travail, etc. Un travail intersyndical a pu voir le jour, il faut le continuer. Créons une véritable lutte interprofessionnelle entre étudiant-e-s, chômeurs-euses, salarié-e-s, Rmistes, etc. Les cadres vont vouloir enterrer la lutte comme la présidente de la Confédération étudiante (CÉ, syndicat étudiant de la CFDT), Julie Coudry, qui appelle de son côté les étudiants à "lever les blocages dans les universités" et traite l'UNEF, qui veut maintenir la pression, "d'activiste".

Nos revendications sont toujours le retrait du CNE, de la loi sur l'égalité des chances, et amnistie de toutes et tous les arrêté-e-s des événements anti-CPE et du mouvement lycéen du printemps 2005. Arrêtons d'engraisser nos exploiteurs ! Luttons et Organisons-nous pour la Révolution Sociale !

Union Départementale de la CNT11
cnt.11@cnt-f.org 
http://www.cnt-f.org 

 

Comunicat e paperòt deu 28 de març de 2006 / Communiqué et tract du 28 mars 2006
La RESISTÉNCIA qu’ei ua question de DIGNITAT
CAUMA GENERAU
Lo govèrn UMP / Medef que contunha d'aficar lo son mesprètz de cap au refús massiu deu CPE e de la precaritat. 67 universitats de 84, 1014 licèus de haut o baish 4 000 que son en luta (aucupacion, agitacion etc…) e que s'organizan. Lo principi de basa e la lor fòrça que gesseish deu foncionament en Amassada Generau sobirana. Los dus darrèrs grans dias de mobilizacion qu'amassan 1 milion puish 1,5 milion de manifestant-as. Organizacions, sindicats e enlà totas las personas qui veden en lo CPE e lo CNE l'afirmacion d'un modèle neoliberau qui's hè hrèita de la precaritat entà foncionar e contunhar d'enriquir los delinquents financèrs : accionairàs, rentèrs… Ua delinquéncia qui s'ahorteish suus sistèmas politics actuaus. Au totau 71 % de la poblacion de l'Exagòne qu'ei contra lo CPE. A maugrat d'aquò, lo govèrn UMP / Medef que contunha d'aficar lo son mesprètz. En d'aqueth contèxte, Anaram Au Patac e tot-as los e las qui arrefusan de virar de cuu e de's sosméter un còp mei, qu'aperan a la cauma generau reconductibla. Aqueth solar de luta qu'ei necessari de franquir entà har plegar un govèrn suu quau e s'ahorteish la logica neoliberau. Lo risc màger que's tròba en lo sosmaquèr de las negociacions e de las presas de decisions au còr deus doç salons parisencs enter lo govèrn e uns burocratas sindicaus, luenh de la volentat de la basa, deu pòble. De cap a d'aquera copadura, Anaram Au Patac qu'apera los sindicaliste-as de basa e tot-as l@s salariat-das a har pression e tornar har pujar la reivindicacion de cauma generau reconductibla entau retrèit deu CPE e CNE... tà començar… La hami que vien en minjar. Aquera pression que deu passar per la via ubèrta hens las universitats e los licèus : las amassadas generaus sobiranas. Tà Anaram Au Patac, aqueth mòde de foncionament que permet de bastir las alternativas au neoliberalisme. Se'ns transformam las frustracions en fòrça de construccion que podem perpausar e bastir ua societat qui se'n da basca de l'aviéner. Anaram Au Patac qu'ei solidari de las victimas de la repression en totas las soas fòrmas : Cyril o locaument los dus liceans de Juranson hòrabandits deu lor licèu, e tots los qui's vòlen guardar la dignitat en la luta.
La RÉSISTANCE est une question de DIGNITÉ
GRÈVE GÉNÉRALE
Le gouvernement UMP / Medef continue d'afficher son mépris face au rejet massif du CPE et de la précarité. 67 universités sur 84, 1014 lycées sur environ 4 000 sont en lutte (occupation, agitation etc…) et s'organisent. Leur principe de base et leur force réside dans le fonctionnement en Assemblée Générale souveraine. Les deux dernières grandes journées de mobilisation réunissent 1 million puis 1,5 million de manifestant-es. Organisations, syndicats et au-delà toutes les personnes qui voient dans le CPE et le CNE l'affirmation d'un modèle néo-libérale qui a besoin de la précarité pour fonctionner et continuer à enrichir les délinquants financiers : gros actionnaires, rentiers… Une délinquance qui s'appuit sur les systèmes politiques actuels. Au total 71 % de la population de l'Hexagone est contre le CPE. Malgré tout, le gouvernement UMP / Medef continue d'afficher son mépris. Dans ce contexte, Anaram Au Patac et tous ceux et celles qui refusent de reculer et de se soumettre une fois de plus, appellent à la grève générale reconductible. Ce seuil de lutte est nécessaire à franchir pour faire plier un gouvernement sur lequel s'appuie la logique néo-libérale. Le risque majeur réside dans la sournoiserie de négociations et de prises de décisions au cœur de douillets salons parisiens entre le gouvernement et quelques bureaucrates syndicaux, loin de la volonté de la base, du peuple. Face à cette coupure, Anaram Au Patac appelle les syndicalistes de base et tous les salarié-es à faire pression et faire remonter la revendication de grève générale reconductible pour le retrait du CPE et CNE... pour commencer… L'appétit vient en mangeant. Cette pression doit passer par la voie ouverte dans les universités et les lycées : les assemblées générales souveraines. Pour Anaram Au Patac, ce mode de fonctionnement permet de construire les alternatives au néo-libéralisme. Si nous transformons nos frustrations en force de construction nous pouvons proposer et bâtir une société qui se soucie de son avenir. Anaram Au Patac est solidaire des victimes de la répression sous toutes ses formes : Cyril ou localement les deux lycéens de Jurançon exclus de leur lycée, et tous ceux qui veulent garder leur dignité dans la lutte.

 


Joen-as tolosan-as qu'estròçan lo drapèu franchimand au Capitòli
Soutien des nationalistes aux anti-cpe - Les Syndicats CSC (Catalogne), CSS (Sardaigne), CUT (Galice), LAB (Pays Basque), SAVT (Val d'Aoste), SLB (Bretagne), SOE (Occitanie), STC (Corse), UGTG (Guadeloupe), USTKE (Kanaky) et UTG (Guyane), membres de la Conférence Internationale des Syndicats des Nations Sans Etat apportent leur soutien total aux jeunes en lutte contre le CPE et dénoncent rigoureusement la répression et les violences policières envers ces jeunes. Ils tiennent particulièrement à apporter leur soutien aux jeunes arrêtés et condamnés en comparution immédiate, notamment à Roazhon / Rennes en Bretagne. Nous saluons les jeunes en lutte qui ont compris tout l¹enjeu de cette stratégie du gouvernement français en imposant le CNE, le CPE et si on le laisse faire, le démantèlement du droit du travail et la précarisation de tou-te-s les travailleur-se-s. Nous appelons à la généralisation de la lutte jusqu'au retrait du CPE.

Fait à Portichju, Corse, le 18 mars 2006 lors de la 2e Conférence Internationale des Syndicats des Nations Sans Etat

 

 

Comunicat e paperòt deu 18 de març de 2006 / Communiqué et tract du 18 mars 2006

La RESISTÉNCIA qu’ei ua question de DIGNITAT
CAUMA GENERAU

Lo governament UMP/MEDEF que persegueish las atacas contre lo dret deu tribalh dab lo Contracte de Purmèra Embaucha e lo Contracte Navèra Embaucha qui asserveishen enqüèra drin mei lo pòple aus interests deu patronat e deus accionaris. L'arrefús qui tornèn affirmir un milion de personas dimars passat, ne'us sembla pas briga concernir. Drin a drin los governaments successius que privatizan lo service public (EDF, GDF, en tot eludir la question deu nucleari, la pòsta, Telecòm, etc) que desapitan lo sistèmi de solidaritat tà las retiradas, l'assegurança caumatge, la securitat sociau, lo sistèmi educatiu .... A las protestacions deu pòple que responen per l'indiferéncia, lo mesprètz e la repression. Non desbrembem pas Beglas e Lo Paoli. L'expression collectiva ne'us interessa pas sonque per las tempsadas electoraus. Las gesticulacions actuaus deu Parti Socialista e deus sons satellitas MJS, UNEF, UNL, contre lo CPE qu'an per objectiu principau de desfaçar lo passat tà 2007. L'Esquèrra Pluriau n'a pas tentat arren tà travar lo modele capitalista. Açò tanben n'ac cau pas desbrembar. De cap a d'aquera politica reaccionària e capitalista, Anaram Au Patac que considera que las manifestacions conformistas e defensivas non son pas mei pro. La cauma generau e la construccion d'alternativas hicadas en plaça peu pople e tau pople que son las solas responsas valederas e que deven estadas pausadas com revendicacions de faiçon clara e hòrta. Un remèdi a las eleccions espectacles qu'ei l'autogestion, l'auto-organizacion au truvers d'Amassadas generaus. Qu'ei l'aprentissatge de la politica vertadèra. Dens aquera dralha, Anaram Au Patac e lo Comitat Chiapas Pau-Auloron qu'organizen lo 22 de mars de qui viene a la sala Recabòrda (hedàs) a Pau la diffusion de un film sus l'auto-organisazion deus poblants de un barri popular de Caracas au Veneçuèla.

La RÉSISTANCE est une question de DIGNITÉ
GRÈVE GÉNÉRALE

Le gouvernement UMP / MEDEF poursuit les attaques contre le droit du travail avec le Contrat Première Embauche et le Contrat Nouvelle Embauche qui asservissent encore un peu plus le peuple aux intérêts du patronat et des actionnaires. Le refus réaffirmé par un million de personnes ne semble pas les concerner. Peu à peu les gouvernements successifs privatisent le service public ( EDF, GDF éludant toujours la question du nucléaire, la poste, Telécom, etc ), démantèlent le système de solidarité pour les retraites, l'assurance chômage, la sécurité sociale, le système éducatif... Aux protestations du peuple ils répondent par l'indifférence, le mépris et la répression. N'oublions pas Bègles et le Paoli. L'expression collective ne les intéresse que lors des échéances électorales. Les gesticulations actuelles du Parti Socialiste et de ses satellites MJS, UNEF et UNL contre le CPE ont un principal objectif : effacer le passé en vue de 2007. La Gauche plurielle n'a en rien tenté d'enrayer le modèle capitaliste. Ca aussi ne l'oublions pas. Face à cette politique réactionnaire et capitaliste, Anaram Au Patac considère que les manifestations conformistes et défensives ne suffisent plus. La grève générale et la construction d'alternatives mises en place par le peuple et pour le peuple sont les seules réponses valables et doivent être posées comme revendications de façon claire et forte. Un remède aux élections spectacles est l'autogestion, l'auto-organisation au travers d'Assemblées Générales. C'est l'apprentissage de la politique réelle. Dans cette optique, Anaram Au Patac et le Comité Chiapas Pau-Oloron organisent le 22 mars prochain, à la salle Récaborde (hédas) à Pau, la diffusion d'un film sur l'auto-organisation des habitants d'un quartier populaire de Caracas au Venezuela.


Cyril FEREZ, militant de SUD-PTT tumat peus policièrs cadut en lo còma

Comunicats de

www.sudptt.fr

telecargar Acrobat ReaderCommuniqué de presse sur la nouvelle plainte pour Cyril
telecargar Acrobat ReaderCyril Ferez, un syndicaliste victime des charges de police

e suu blòg : http://justicepourcyril.zeblog.com/

telecargar Acrobat ReaderViolences policières : la lumière doit être faite !
telecargar Acrobat ReaderCommuniqué de SUD-PTT contre l'agression de Cyril Ferez

 

Barrar