Comunicat de premsa  -  Communiqué de presse

(version en français ci-après)

NE VOLEM PAS NAT OGM !!

Anaram Au Patac que s’opausa tornar e mei que mei au projècte d’implantacion de numerós miliars d’ectaras d’Ogm en Gasconha e Lengadòc per la societat Euralis.

S’engatjar tostemps mei dens aqueth tipe de cultura OGM qu’ei entà AAP sancerament criminau. Euralis qu’argueish que ne i a pas nada pròba seriosa de nocivitat deus OGM. Mes la pression deus Estats e de las firmas tau com Monsanto ne permeten pas d’obtiéner las condicions necessàrias entà aver un desbat seren suu dangèr e la nocivitat deus OGM.

ARRÉS ne pòt uei lo dia garantir l’aviéner tà l’environament e la santat umana. Pas nada companhia d’assegurança n’accepta de préner lo risc de cobrir los OGM. Ua instáncia com lo comitat de scientifics cargats de balhar un avis au ministèri de l’environament francés que reconeish eth quite publicament que n’a pas nada idea de las consequéncias dens 10 o 20 ans.

Dens un contèxte atau e arron los escandales recents de l’amianta, deu poret a la dioxina o enqüèra deus vedèth a las ormonas, Anaram Au Patac qu’arrefusa de deishar contunhar los aprendis broish de Monsanto e Euralis shens agir.

Dejà l’an passat 80 ectaras de milhòc OGM qu’estón cultivats en Biarn, Lanas e Gironda shens que ne sàpiam arren de la lor localizacion, de la lor utilizacion. La cultura actuau deus OGM que’s hè dens lo mei gran secret;

La natura non coneish pas los arreglaments administratius. La cultura en air libre deus OGM qu’implica d’un biais automatic ua contaminacion de totas las autas culturas, e en particular de las culturas biologicas.

Dab 7 000 ectaras de milhòc OGM desiradas per Euralis Biarn, Lanas e Gironda aqueras contaminacions que seràn massivas. D’autant mei que lo projècte avoat qu’ei d’arribar a semiar 50 000 ectaras en Aquitània e Mieidia-Pirenèus !

Que ns’arretrobaram donc dabans lo hèit acabat, los OGM que seràn pertot quan la màger part de la poblacion, rurau e urbana i ei opausada. Qu’assistim hèra simplament a un ensai de passatge en hòrça deus OGM.

Anaram Au Patac que denoncia l’ipocrisia d’aquera situacion.

Las culturas que seràn hèitas aciu mes que son destinadas au mercat de l’Estat espanhòu ! Euralis, non content de voler emposoar la Gasconha, que’n vòu tanben har profieitar l’aute costat deus Pirenèus !

Que denonciam lo manca de responsabilitat d’aquesta firma, deu son president, Christian Pées e deus esleguts com lo deputat PS David Habib qui sostienen aqueth projècte. On seràn dens 10 o 20 ans quan los problèmas i sian entà assumir las consequéncias de la lor causida ?

AAP que denoncia l’escana-còth au chifra d’ahar e a l’emplec. Lo monde paisan qu’ei efectivament en crisi pregonda. Mes los OGM n’arresolvaràn pas nat problèma. Los problèmas de hons que s’aperan productivisme, intensificacion, integracion, distribucion grana, capitalisme.

Euralis, l’AGPM, la FNSEA que son au còr d’aqueth sistèma qui mia lo monde rurau  dinc a la quinquinèla desempuish decenias. Incapable d’arreconéisher las lors fautas, que s’estiman mei entrainar tots tostemps mei luenh de cap tau hons au nom de la rentabilitat.

AAP que denoncia d’ua faiçon generau la privatizacion deu vitec qui ei a hà’s, en partida peu biais deus OGM. Privatizar lo vitec, las semenças sustot, qu’ei atau com privar au nom deu mercat.

AAP que denoncia l’egemonia deu milhòc en Gasconha. Aquesta cultura qu’arriba en fin de corruda. Tròp shucaire en intrants, n’ei pas mei quitament remuneratora entà la magèr part deus paisans. Que sia devath la fòrma d’OGM o de carburant, la huejuda en davant que deu estar copada.

AAP que denoncia tanben l’argument principau hòrt cinic deus OGM com que ajudaràn d’acabar dab la hami dens lo monde. Lo problèma n’ei pas ua question de produccion mes de reparticion e d’equitat. L’agricultura subvencionada a vacacion exportadora de l’estat francés qu’ei un deus responsables deu pic deu monde agricòu dens lo país deu sud. Las nostas cerealas o los nostes porets qu’arriban suu mercat african mensh cars que los productes locaus. Que se’n segueish ua destructuracion deu teishut paisan e rurau d’aqueth país. A aquò que’s horneish l’accion deu FMI, de la Banca Mondiau e de l’OMC.

AAP que denoncia tanben un sistèma politic francés qui empacha ua vertadèra consultacion de la poblacion. Atau, dens lo Gèrs, un referendom suus OGM qu’estó tot simplament  interdit. La poblacion estó interdita de prononcià’s. Que deu har hidança au sons eleguts. Ne podem pas mei acceptar aquera despossecion deu politic e deu decisionau.

Los electors de David Habib,que l’an eslegut entà plantar OGM en Biarn ? Era un deus punts deu son programme de deputats ? Non, e totun, que’s serveish deu poder de deputat entà premir un passatge en hòrça deus OGM.

Entà AAP ua responsa ei necessària en termi de reapropriacion deus nostes drets collectius politics, d’autodeterminacion, d’autogestion.

AAP qu’apera la populacion a opausà’s de faiçon massiva, determinada e per tots los mejans necessaris a las pretencions d’Euralis.

La nosta responsa ne pòt pas aténer pr’amor un còp las semenças hèitas, un còp la polinizacion hèita, ne poderam pas har arrer-pè.

La luta contra los OGM que hé l’emperi un drin pertot sus lo planeta, tanben aus Estats-Units, ne’n desagrada tà Euralis, que podem e que debem préner la nosta part a aqueste combat, aciu e adara.

AAP qu’apera los paisans a arrefusar de deishar devisar Euralis en lor nom. Qu’èm segurs que si ua minoritat ei d’accòrdi tà semiar OGM ( per ignorància, per hidança, òrba en la « coop », o per escanada financèra) ua majoritat non vòu pas anar dens aquera via e qu’arrefusa de’s transmudar en emposoaires. La majoritat deus paisans que desiran tribalhar d’un biais digne, víver d’aqueste tribalh e de las lors tèrras e ne poder estar fièrs. L’orientacion capitalista de l’agricultura que va exactament dens lo sens contrari. L’implantacion d’OGM tanben.

Ne deishem pas la Gasconha, l’Occitània tornar vàder un camp de posoèr. Au contrari, bastim, dignes e fièrs, ua Occitània qui poderam transméter aus nostes mainatges shens vergonha.

Deféner la tèrra n’es pas un delicte.

 

NOUS NE VOULONS PAS D'OGM !!

Anaram Au Patac affirme sa totale opposition au projet d’implantation de plusieurs milliers d’hectares d’OGM en Gascogne et Languedoc par la société Pau Euralis.

S’engager toujours plus en avant dans ce type de culture OGM est pour AAP totalement criminel.

Euralis argue qu’il n’y a aucune preuve sérieuse de nocivité des OGM. Or, la pression des Etats et des firmes comme Monsanto ne permettent pas d’obtenir les conditions nécessaires pour permettre un débat serein sur le danger et la nocivité des OGM.

PERSONNE ne peut aujourd’hui garantir l’avenir pour l’environnement et la santé humaine. Aucune compagnie d’assurances n’accepte de prendre le risque de couvrir les OGM. Le comité de scientifiques chargés de donner un avis au ministère de l’environnement français reconnaît lui-même publiquement qu’il n’a aucune idée des conséquences dans 10 ou 20 ans.

Dans un tel contexte et suite aux scandales récents de l’amiante, du sang contaminé, des farines animales, des essais nucléaires, des poulets à la dioxine ou encore des veaux aux hormones, Anaram Au Patac refuse de laisser continuer les apprentis sorciers de Monsanto et de Pau Euralis sans réagir.

Déjà l’an dernier 80 hectares de maïs OGM ont été cultivés en Béarn, Landes et Gironde sans que l’on ne sache rien de leur localisation, de leur utilisation.

La nature ne connaît pas les règlements administratifs. La culture en plein champ des OGM  implique automatiquement une contamination des autres cultures, et en particulier de l’agriculture biologique.

Avec 7 000 hectares de maïs OGM souhaités par Euralis en Béarn, Landes et Gironde ces contaminations seront massives. D’autant que le projet avoué est d’arriver à semer 50 000 hectares sur l’Aquitaine et Midi-Pyrénées !

Nous nous retrouverons donc devant le fait accompli, les OGM seront partout alors que l’immense majorité de la population, rurale et urbaine y est opposée. Nous assistons tout simplement à une tentative de passage en force des OGM.

Anaram Au Patac dénonce l’hypocrisie de cette situation.

Les cultures seront faites ici mais sont destinées au marché de l’Etat espagnol ! Euralis, non content de vouloir empoisonner la Gascogne, veut aussi en faire profiter l’autre côté des Pyrénées !

Nous dénonçons le manque de responsabilité de cette firme, de son président, Christian Pées et d’élus comme le député PS béarnais David Habib qui soutiennent ce projet. Où seront-ils dans 10 ou 20 ans quand les problèmes surgiront pour assumer les conséquences de leur choix ?

AAP dénonce le chantage au chiffre d’affaire et à l’emploi. Le monde paysan est effectivement en crise profonde. Mais les OGM ne résoudront aucun de ses problèmes. Les problèmes de fond se nomment productivisme, intensification, intégration, grande distribution, capitalisme.

Pau Euralis, l’AGPM, la FNSEA sont au cœur de ce système qui mène à la faillite le monde rural depuis des décennies. Incapable de reconnaître leurs erreurs, ils préfèrent nous entraîner tous toujours plus loin vers le fond au nom de la rentabilité.

AAP dénonce d’une manière générale la privatisation du vivant qui est en train de se mener, en partie au travers des OGM. Privatiser le vivant, les semences en particulier, revient à priver les populations de leur autonomie, de leur souveraineté alimentaire au nom du marché.

AAP dénonce l’hégémonie du maïs en Gascogne. Cette culture arrive en fin de course. Trop gourmande en eau, trop gourmande en intrants, elle n’est même plus réellement rémunératrice pour la majorité des paysans. Que ce soit sous forme d’OGM ou de carburant, la fuite en avant doit être interrompue.

AAP dénonce également l’argument particulièrement cynique des OGM pouvant en finir avec la faim dans le monde. Le problème n’est pas une question de production mais de répartition et d’équité. L’agriculture subventionnée à vocation exportatrice de l’Etat français, et de l’Union Européenne en général, est une des responsables de la casse du monde agricole dans les pays du sud. Nos céréales ou nos poulets arrivent sur les marchés africains moins chers que les productions locales. S’en suit une déstructuration du tissu paysan et rural de ces pays. A cela se rajoute l’action du FMI, de la Banque Mondiale et de l’OMC. 

AAP dénonce également un système politique français qui empêche une réelle consultation de la population. Ainsi, dans le Gers, un référendum sur les OGM a tout simplement été interdit. La population a été interdite de se prononcer. Elle doit faire confiance à ses élus. Nous ne pouvons plus accepter cette dépossession du politique, du décisionnel.

Les électeurs de David Habib l’ont-ils élus pour implanter des OGM en Béarn ? Est-ce que c’était un des points de son programme de député ? Non, et pourtant, il se sert de pouvoir de député pour appuyer ce passage en force des OGM.

Pour AAP une réponse est nécessaire en terme de réappropriation de nos droits collectifs politiques, d’autodétermination, d’autogestion.

AAP appelle la population à s’opposer de façon massive, déterminé et par tous les moyens nécessaires aux prétentions de Pau Euralis.

Notre réponse ne peut attendre, car une fois les semences faites, une fois la pollinisation faite, nous ne pourrons plus faire marche arrière.

La lutte contre les OGM fait fureur un peu partout sur la planète, y compris aux Etats Unis n’en déplaise à Euralis, nous pouvons et devons prendre notre part à ce combat, ici et maintenant.

AAP appelle les paysans à refuser de laisser parler Pau Euralis en leur nom. Nous sommes convaincus que si une minorité de paysans est prête à semer des OGM (par ignorance, par confiance aveugle en la « coop » ,ou par étranglement financier)  une majorité ne veut pas aller dans cette voie et refuse de se transformer en empoisonneurs. La majorité des paysans souhaitent travailler dignement, vivre de ce travail et de leurs terres et pouvoir en être fiers. L’orientation capitaliste prise par l’agriculture va exactement dans le sens contraire. L’implantation d’OGM  aussi.

Ne laissons pas la Gascogne, l’Occitanie devenir un champ de poison. Au contraire, bâtissons, digne et fière, une Occitanie que nous puissions transmettre à nos enfants sans avoir honte.

Défendre la terre n’est pas un délit.

 

Anaram Au Patac movement revolucionari de l’esquèrra occitana

Barrar