Comunicat de premsa  -  Communiqué de presse

(version en français ci-après)

MANIFESTACION DE BESIÈRS DEU 17 DE MARÇ DE 2007

Aqueth 17 de març de 2007, mei de 20 000 personas que s’amassèn a Besièrs entà sostiéner la lenga occitana, entà reivindicar l’estacament a la cultura, la lenga, lo país. Sia mei deu doble de manifestants au par de l’aplec de Carcassona en 2005.
Occitans vienguts deus tres estats qui’ns dominan (italian, francés e espanhòu), qu’èran presents au parat d’aqueth rassemblament, hèra dinamic, hestiu, inter-generacionau e vertaderament popular.
Ua demonstracion de la hòrça collectiva cara a la dominacion !

Entà Anaram au Patac aquera escaduda shens precedent que constitueish entau movement occitan ua etapa suplementària e istorica tà çò qui ei de la defensa deus drets deus occitans e de las occitanas.
La reivindicacion culturau que toquè a Besièrs un nivèu qualitatiu e quantitatiu important tà l’aviéner deu movement.
« Sèm fòrça » ce-disèvan los manifestant-a-s. E ne podem pas denegar uei lo dia que lo movement occitan ei a vàder ua hòrça sociau.

D’ara enlà qu’ei clar que la lenga occitana n’ei pas sonque la preocupacion de quauques militants associatius e politics. La poblacion occitana qu’a prés consciéncia que cau shens que sauvar la lenga mes subretot que deu despassar ua logica de defensa e aquesir drets navèths entà tornar trobar la plaça sancèra dens la societat : dens la vita vitanta e publica, dens l’administracion, l’ensenhament, la cultura, los mèdias…

Lo movement que deu uei contunhar lo vam impulsat per aquera manifestacion e passar a ua etapa superiora en reivindicar clarament un estatut oficiau entà l’occitan. Que n’avèm uei los mejans e las condicions sociaus.

La reivindicacion « Occitan lenga oficiau », portada per Anaram au Patac desempuish la creacion en 1992, qu’èra hèra mei presenta dens la manifestacion que pendent la de Carcassona, muishant atau la maturitat tocada peu movement occitan en lo maine. Qu’aperam lo movement culturau a seguir aquera via e atau participar tà bastir lo camin de l’emancipacion.
La reivindicacion « Occitan lenga oficiau » qu’ei au còr d’ua campanha nacionau d’AAP orbida au començar de 2007. En mei deus visuaus (afichas, pegasolets, banderòlas…) e de las accions (seradas publicas a Pau, Bordèu, Caurs, conferéncia de premsa…) aquera campanha qu’estó ahortida per un document presentant l’analisa d’AAP tà l’oficializacion de la lenga. Ua analisa qui’s premia sus proposicions precisas e concretas.

Aqueth tribalh, com l’accion d’AAP pendent aqueras quinze annadas passadas, que ns’a permés de superar un solh qualitatiu e quantitatiu au parat de la manifestacion de Besièrs. Atau, un plen bus qu’estó organizat per AAP Biarn e Hartèra !, mantuas autòs per AAP Gasconha Nòrd e lo-a-s militant-a-s d’AAP Lengadòc qu’èran tanben mobilizats. Qu’ei fin finala un seguissi joen e dinamic de mei d’un centenat de personas qui trobavam darrèr la banderòla cò-signada per AAP e Hartèra ! « Sèm un pòple, Occitan lenga oficiala ».
Aquera banderòla que rebat la vision d’AAP : qu’èm un pòple, e en tant que tau, qu’avem drets legitimes de har arrespectar : l’oficializacion de l’occitan que n’ei un.

Mei que jamei Anaram Au Patac que’s peleja entà reivindicacions legitimas contra los Estats imperialistas qui’ns mespresan :

  1. Entà un estatut de lenga legitima atau com definit dens las proposicions nostas.
  2. Entà avançar shens esperar de cap tà la reconeishença deu dret a l’autò-determinacion, a l’unitat nacionau e politicò-territoriau d’Occitània.
  3. Entà la luta nacionau e la luta sociau qui non podem pas desseparar.

Entà Anaram au Patac, la manifestacion de Besièrs qu’estó tanben lo parat de popularizar lo tribalh internacionalista dab la quita desclaracion de Corti, signada per mantuas organizacions politicas : còrsa, catalana, basca, bretona, alsaciana, guianesa, martiniquesa, polinesiana e occitana.

Dab aquera desclaracion de las nacions shens estat devath tutela francesa, que reivindicam lo respècte deus drets inalienables en tant que pòple : lo dret a l’autò-determinacion, lo dret de botar en òbra, dens l’encastre d’un estatut oficiau, lo desvolopament de las lengas e culturas nostas, lo dret de promòuver e mestrejar lo son desvolopament economic e sociau e lo dret de botar en òbra un processus de descolonizacion. Distribuida a milèrs d’exemplars la desclaracion qu’estó arcuelhuda favorablament peus-per las –militant-a-s.

La desclaracion de Corti qu’estó illustrada dens lo seguissi d’AAP per la preséncia de las delegacions basca (Batasuna) e bretona (Emgann) darrèr la banderòla signada de l’apèu de Corti « un estatut oficiau entà las lengas nostas ». Que’ns serviram d’aquera banderòla entà desfilar en Bretanha (a An Oriant/ Lorient, lo 31 de mars) o au Bascoat entà la defensa deus drets linguistics.
D’autes internacionaus qu’èran tanben presents atau com delegacions catalanas (Maulets e Endavant), ua delegacion aragonesa e ua basca de la platafòrma d’accions entà la lenga basca Euskal Herriaren Euskaraz.

Aqueste 17 de Mars qu’estó lo parat entà AAP de balhar un present de planvienguda en Occitània a Filipe Bidart, militant d’Iparetarrak recentament liurat après quasi 19 ans de preson. Filipe Bidart que viu peu moment a Besièrs, puish que n’a pas lo dret d’anar tau Bascoat. Planviengut en Occitània Filipe !

AAP que vòu arremerciar totas las delegacions e l’enseme deus-de las militant-a-s e simpatisant-a-s. AAP que saluda tanben la preséncia deus companhons de la CNT 11, dejà presents en 2005 a Carcassona.

Ua escaduda de las bèras donc, e com ac disèvan lo-a-s manifestant-a-s « Sèm fòrça ».

L’escadença seguenta de la dinamica e de l’aviéner de nosaute-a-s, occitan-a-s, que serà en 2009. Que convienerà que d’aci Anem Òc ! e’s balha un servici d’encadrament de la manifestacion, a la mesura d’un eveniment qu’Anaram Au Patac desira de l’amplor mei grana.
Que perpausam au collectiu Anem Òc ! de participar a ua reflexion collectiva a aqueth subjècte e de contribuir a botar en plaça un sistèmi bon, eficaç e de pèrhem, entà har cara a las provocacions d’estrèma dreta.

Qu’èm un pòple en construccion, un pòple en movement qui sabó brembar aus tres governaments que ne’ns panarén pas jamei mei la dignitat.

AAP que publicarà dens lo numèro de la revista Har/Far qui vien ua analisa mei completa de la manifestacion de Besièrs e de las seguidas impensaderas.

Qu’èm ua hòrça !
Occitan Lenga Oficiau !

MANIFESTATION DE BÉZIERS DU 17 MARS 2007

Ce 17 mars 2007, plus de 20 000 personnes se sont réunies à Béziers pour soutenir la langue occitane, pour revendiquer l’attachement à notre culture, notre langue, notre pays. Soit plus du double que lors de la précédente manifestation à Carcassonne en 2005.
Des occitans venus des 3 états qui nous dominent (italien, français et espagnol), étaient présents lors de ce rassemblement, extrêmement dynamique, festif, intergénérationnel et véritablement populaire.
Une démonstration de notre force collective face à la domination.

Pour Anaram au Patac cette réussite sans précédent constitue pour le mouvement occitan une étape supplémentaire et historique dans la défense des droits des occitans et des occitanes.
La revendication culturelle a atteint à Béziers un niveau qualitatif et quantitatif important pour l’avenir du mouvement.
« Sèm fòrça » disaient les manifestant-es. Et il est indéniable aujourd’hui que le mouvement occitan est en passe de devenir une force sociale.

Désormais il est clair que la langue occitane n’est pas uniquement la préoccupation de quelques militants associatifs et politiques. La population occitane a pris conscience qu’il faut non seulement sauver notre langue mais surtout qu’elle doit dépasser une logique de défense et acquérir de nouveaux droits pour retrouver sa place entière dans la société : dans la vie publique et quotidienne, dans l’administration, l’enseignement, la culture, les médias…

Le mouvement doit aujourd’hui continuer l’élan impulsé par cette manifestation et passer à une étape supérieure en revendiquant clairement un statut officiel pour l’occitan. Nous en avons aujourd’hui les moyens et les conditions sociales.

La revendication « Occitan lenga oficiau », portée par Anaram au Patac depuis sa création en 1992, était bien plus présente dans la manifestation que lors de celle de Carcassone, montrant ainsi la maturité atteinte par le mouvement occitan en ce domaine. Nous appelons le mouvement culturel à suivre cette voie et ainsi participer à bâtir le chemin de notre émancipation.
La revendication « Occitan lenga oficiau » est au cœur d’une campagne nationale d’AAP lancée début 2007. Outre les visuels (affiches, autocollants, banderoles…) et les actions (soirées publiques à Pau, Bordeaux, Cahors, conférences de presse…) cette campagne a été appuyée par un document présentant l’analyse d’AAP sur l’officialisation de notre langue. Une analyse appuyée par des propositions précises et concrètes.

Ce travail, ainsi que l’action d’AAP pendant les 15 dernières années, nous a permit de franchir un seuil qualitatif et quantitatif lors de la manifestation de Béziers. Ainsi, un bus plein a été organisé par AAP Béarn et Hartèra, plusieurs voitures par AAP Gasconha Nord et les militant-es d’AAP Lengadòc étaient également mobilisés. C’est au final un cortège jeune et dynamique de plus d’une centaine de personnes que l’on trouvait derrière la banderole co-signée par AAP et Hartèra « Sèm un pòple, Occitan lenga oficiala ».
Cette banderole reflète la vision d’AAP : nous sommes un peuple, et en tant que tel, nous avons des droits légitimes à faire respecter : l’officialisation de l’occitan en est un.

Plus que jamais Anaram Au Patac se bat pour des revendications légitimes contre les Etats impérialistes qui nous méprisent  :

  1. Pour un statut de langue légitime comme définit dans nos propositions
  2. Pour avancer sans attendre vers la reconnaissance du droit à l’autodeterminatio, à l’unité nationale et politico-territoriale de toute l’Occitanie.
  3. Pour la lutte nationale et la lutte sociale qui ne peuvent être séparées

Pour Anaram au Patac, la manifestation de Béziers fut aussi l’occasion de populariser notre travail internationaliste au sein de la déclaration de Corti, signée par plusieurs organisations politiques : corse, catalane, basque, bretonne, alsacienne, guyanaise, martiniquaise, polynésienne et occitane.
Avec cette déclaration des nations sans état sous tutelle française, nous revendiquons le respect de nos droits inaliénables en tant que peuple : le droit à l’autodétermination, le droit de mettre en œuvre, dans le cadre d’un statut officiel, le développement de nos langues et cultures, le droit de promouvoir et maîtriser son développement économique et social et le droit de mettre en œuvre un processus de décolonisation. Distribuée à des milliers d’exemplaires la déclaration a été favorablement accueillie par les manifestants.
La déclaration de Corti été illustrée dans le cortège d’AAP par la présence des délégations basque (Batasuna) et bretonne (Emgann) derrière la banderole signé de l’appel de Corti « un statut officiel pour nos langues ». Nous nous servirons de cette banderole pour défiler en Bretagne (à An Oriant/Lorient, le 31 mars) ou au Pays Basque pour la défense de nos droits linguistiques.
D’autres internationaux été également présents comme des  délégations catalanes (Maulets et Endavant), une délégation aragonaise et une basque de la plateforme d’actions pour la langue basque Euskal Herriaren Euskaraz.

Ce 17 mars a été également l’occasion pour AAP de remettre un cadeau de bienvenu en Occitanie à Filipe Bidart, militant d’Iparetarrak récemment libéré après quasiment 19 ans de prison. Filipe Bidart vit pour l’instant à Bésiers, n’ayant pas le droit de se rendre en pays basque. Planviengut en Occitània Filipe.

AAP tient à remercier toutes les délégations et l’ensemble des militant-es et sympathisant-es. AAP salue également la présence des compagnons de la CNT 11, déjà présents en 2005 à Carcassone.

Une très belle réussite donc, et comme disaient les manifestants « Sem força ».

L'échéance suivante de notre dynamique et de notre avenir d'occitan-nes se situera en 2009. Il conviendra d'ici là que Anem Oc ! se dote d'un service d'encadrement de la manifestation, à la mesure d'un événement qu'Anaram au Patac souhaite de la plus grande ampleur.
Nous proposons au collectif Anem Oc ! de participer à une réflexion collective à ce sujet et de contribuer à mettre en place un système bon, efficace et ferme, pour faire face aux provocations d'extrème droite. 

Nous sommes un peuple en construction, un peuple en mouvement qui a su rappeler aux trois gouvernements que jamais plus ils ne nous voleraient notre dignité.

AAP publiera dans le prochain numéro de sa revue Har Far une analyse plus complète de la manifestation de Béziers et des suites envisageables.

Nous sommes une force !

Occitan Langue Officielle !

Barrar