EDITO - HAR/FAR n°42 - La Revista de l'Occitània qui bolèga

Que vivèm ua epòca en la quau lo des-heitisme e l'agrèr que hén domaus deus grans. Servit per la màger part deus mèdias, que pòrtan los pòbles d'Euròpa, sia a deishar càder l'espèr de cambiament e lo combat politic, sia a acceptar los partits dits "de govèrn" per solucion ineluctabla. Daubuns que contunhan de vòtar per personas qui flatejan los instincts los mei maishants, quitament se cambian de camps tà las eleccions seguentas. Hòrt d'autes que desertan tot simplament las urnas e que s'embarran dens l'individualisme neurit per la societat de consum. Daubuns totun, ne deishan pas càder e qu'ensajan de bastir alternativas suus lòcs on se troban, lo lor vilatge o lo lor barri. Qu'arrefusèssen l'alternativa electorau o pas, tots e totas que saben qu'ei en préner en mans la loa existéncia, collectivament, que la solucion e's tròba. Uei lo dia, vertat qu'ei, l'alternativa globau qu'ei de bastir, mes ne cau pas desbrombat que l'accion locau shens l'accion e la pensada globau, que demora ua carrèra bòrnha en la quau ne'ns devem pas embarrar. Lo movement occitan dens lo son ensem que coneish la medisha situacion. Arrecentrats en la construcccion deus mejans indispensables tà la subervita de la cultura nosta e de la nosta existéncia de pòble se medish de la fin de las annadas 70 e la debuta de 80 enlà, los militants e las militantas occitanas qu'an uei lo dia de bastir l'alternativa sociau occitana. Que devem bastir las organizacions politicas e sindicalas nostas. Que devem ganhar los drets nostes de pòble entà autodeterminà's. De pensar per doman, que sia dab lo federalisme o la separacion deus Estats francés, espanhòu o italian. Qu'ei l'objectiu d'AAP. Pas dens un esperit egoïste, mes dens la solidaritat dab los autes pòbles d'Euròpa purmèr, e deu monde tanben. Non se podem pas decidir ad aqueth òrdi mondiau miat peus Estats occidentaus gavidats peus Estats Units e qui pòrtan lo planèta tota de cap tà la soa pèrta. Juntatz-nos ! Que volem bastir un movement lo mei orizontau possible. Causa mauaisida tant lo monde qu'ei desacostumat a préner las causas en las soas mans pròpias. N'avèm pas de solucions totas prèstas. Au contra, qu'avèm principis aus quaus èm hòrt estacats : qu'em occitan o que demoram en Occitània. Qu'arrefusam la division enter las poblacions espleitadas, tribalhadors, paisans o shens emplecs d'aqueth país. Entà nosautes la solidaritat qu'ei sancèra dab los e las que s'escapan deu lor país pr'amor de rasons economicas o politicas. Qu'èm partisan de la libertat de circulacion e qu'arrefusam la ierarquia enter las personas. Mes qu'èm shens illusion cap aus pretenduts "ben-hèits" deu capitalisme que daubuns apèran pudicament "l'economia de mercat". Que volem víver e decidir au país, mestrejar las vitas nostas e caminar, tostemps, de cap tà l'emancipacion nosta, collectiva e tanben individuau.

Nous vivons une époque où le défaitisme et l’aigreur font des ravages. Alimentée par la plupart des médias, elle pousse les peuples d’Europe à, soit laisser tomber l’espoir de changement et le combat politique, soit à accepter les partis dits «de gouvernement» comme inéluctables. Certains continuent de voter pour des personnes qui flattent leurs plus bas instincts, quitte à changer pour l’autre camps aux élections suivantes. Beaucoup d’autres désertent tout simplement les urnes et se renferment dans un individualisme nourri par la société de consommation.Certains cependant ne se laissent pas abattre et essayent le plus souvent de construire des alternatives à l’endroit où ils se trouvent, leur village ou leur quartier. Qu’ils ou elles refusent l’alternative électorale ou pas, tous et toutes savent que c’est en prenant en mains leur existence, collectivement, que la solution se trouve.Aujourd’hui il est vrai l’alternative globale reste à construire, mais il ne faut cependant pas perdre de vue que l’action locale sans l’action et la pensée globale, restent une impasse où nous ne devons pas nous laisser enfermer.Le mouvement occitan dans son ensemble connait la même situation. Recentrés dans la construction des moyens indispensables pour la survie de notre culture comme de notre existence même en tant que peuple à la fin des années 70 et début 80, les militants et militantes occitanes ont aujourd’hui le devoir de se rassembler pour construire l’alternative sociale occitane. Nous devons créer nos propres organisations, politiques et syndicales. Nous devons gagner nos droits en tant que peuple à s’autodéterminer, à penser au lendemain qu’il soit dans le fédéralisme ou la séparation des Etats français, espagnol ou italien. C’est l’objectif que se fixe depuis le début Anaram au Patac. Pas dans un esprit égoïste, mais dans la solidarité avec les autres peuples d’Europe d’abord, et du monde aussi. Nous ne pouvons nous résoudre à cet ordre mondial régi par les Etats occidentaux avec à leur tête les Etats-Unis qui mènent le monde et les peuples à leur perte.Rejoignez-nous. Nous voulons construire un mouvement le plus horizontal possible. Une chose malaisée tant aujourd’hui les gens sont peu habitués à prendre les choses en main. Nous n’avons pas de solutions toutes faites. Par contre, nous avons des principes auxquels nous tenons plus que tout : nous sommes occitans, ou nous vivons en Occitanie. Nous refusons la division entre les habitants exploités, travailleurs, paysans, ou sans emplois de ce pays. Pour nous la solidarité est totale avec ceux et celles qui fuient leurs pays pour des raisons politique ou économique. Nous sommes pour la liberté de circulation et refusons la hiérarchie entre les personnes. Mais nous sommes aussi sans illusion quant aux soi-disant «bienfaits» du capitalisme ou de ce que certains appellent pudiquement «l’économie de marché». Nous voulons vivre et décider au pays, maitriser nos vies et toujours avancer vers notre émancipation, collective comme individuelle.

Barrar