OCCITÀNIA ANTIFASCISTA

1 - Texte d'AAP pareishut en abriu de 1999 dens un document antifascista collectiu editat dab : Réseau No Pasaran, Herritopa (Bascoat) e Breizh Etrevroadel (Bretanha) :

Des luttes de longues haleine pour se réapproprier la vie

Partim d'un constat simple : non i a pas jamei avut autant de riquessa com au dia de uei e totun, misèria e precaritat qu'aprobanhan. Aquera logica capitalista qu'ei lo terrador d'on neishen los reflèxes d'exclusion e d'embarrament. De la misèria be sorteish la pesta bruna.

Partons d'un constat simple : il n'y a jamais eu autant de richesses qu'aujourd'hui et pourtant, misère te précarité se développent. Cette logique capitaliste est le principal terreau des réflexes d'exclusion et de renfermement. La misère entraîne la peste brune.

Ce que l'on appelle le "tiers-monde" représente en fait les trois quarts de la planète. Près de deux milliards d'êtres humains ont moins de cinq francs par jour pour vivre.

La logique impérialiste occidentale s'est partagée comme un gâteau les terres, souvent riches, où vivent ces populations. Aujourd'hui, la néocolonisation par le pillage des multinationales et l'entretien de dictatures qui assurent "l'ordre" pour que les pilleurs  capitalistes agissent en paix. Nombre d'entre eux/elles fuyant la faim, la misère ou la répression, viennent chercher en Occident un eldorado.

Qu'est vraiment c'est eldorado ?

En Occident, nous connaissons tous, directement ou indirectement, le chômage, la précarité : CES, CDD, intérim, emplois jeunes, stages et formations bidons. Ce système nous impose une vue de précarité, d'incertitude, et se sert de la peur du chômage pour nous faire taire lorsque l'on travaille, ou accepter n'importe quoi pour travailler. A qui n'a-t-on jamais dit soit content, ça pourrait être pire" ?

Ce système qui n'a qu'un visage - l'exploitation d'une majorité par une minorité - ne peut qu'aboutir à plus de misère et à la destruction de notre environnement.

La droite nous propose de continuer sur cette voie et de libéraliser encore plus le système. La pseudo "gôche" propose "la gestion de la misère" avec ses petits pansements. Ces deux courants alternent à la tête de l'état français et ont prouvé, pour ceux qui en doutent, qu'ils refusent de s'attaquer aux vrais coupables et qu'ils misent sur le tout sécuritaire pour faire taire la colère et rassurer les possédants. Peur de perdre leur trône ?

Le FN, quant à lui, a un projet économique ultralibéral, et désigne, suivi par les autres partis, un bouc émissaire, un responsable : l'immigré-e, l'étranger, l'autre.

Les crapules ont la mémoire courte : après avoir joué le rôle de chair à canon pour la "grande France, terre de liberté, ils (elles) ont été appellé-e-s comme main d'œuvre pour la reconstruction de l'après-guerre. après les avoir parqués dans des ghettos, l'Etat français jette les plus vieux, usés, et juge leurs enfants indésirables.

La précarisation entraîne inévitablement des tensions. Beaucoup se renferment, se sentent agressés, s'aigrissent face au chômage et à la précarité. C'est le terreau du FN et de toutes les politiques sécuritaires. La rancœur et la colère se retournent contre un coupable désigné : l'immigré, qui est plus facilement identifiable et attaquable qu'un patron ou ses maîtres actionnaires.

Un exemple : Elf Aquitaine, première entreprise de l'Etat français avec dix milliards de francs de bénéfices en 1998, menace de quitter le Béarn en laissant plus de 5 000 nouveaux chômeurs derrière eux.

Qui menace les ouvriers ? les immigrés ou les multinationales et leurs actionnaires, qui pour augmenter toujours plus leur revenu, s'attaquent aux acquis sociaux, précarisent toujours plus et prennent les individus pour des pompes à subventions et à exonérations, les jetant après usage.

Qui menace les paysans ? Les immigrés ou les énormes multinationales agro-alimentaires, celles qui nous ont fait bouffer de la vache folle ?

C'est à la misère et à ceux qui la développent qu'il faut s'attaquer.

Si nous voulons changer nos vies et, par la même occasion combattre le FN, cela passera par les luttes sociales. Il faut évidemment ne laisser à celui-ci ni la parole ni la rue, mais nous n'abattrons les idéologies d'exclusion que si nous nous organisons et si nous nous attaquons à ce qui lui sert de terreau : la misère.

Ce combat quotidien passe par des luttes collectives, telles que le mouvement des chômeurs, où nous devons mettre en avant le partage des richesses, l'accès pour tous et toutes à la culture, à la santé, au logement, aux loisirs, à un revenu pour vivre etc... Il nous faut nous prendre en main et créer des lieux de rencontre, de vie, de lutte.

C'est par la réappropriation de notre patrimoine, de notre espace économique, que nous parviendrons à la répartition des richesses en Occitanie et ailleurs. C'est en redevenant acteurs de nos vies et par la solidarité que nous pourrons résister à ce système et lui opposer des contre-pouvoirs.

Un changement radical n'arrivera pas du jour au lendemain. C'est par des luttes de longues haleines que nous y parviendrons. Des moments de lutte et de rencontre comme la manifestation du 29 mai 1999 à Cologne contre l'Europe forteresse et libérale, seront toujours un pas de plus en avant.

Anaram Au Patac - Cròc

2 - Comunicat de premsa deu 16 de heurèr de 2000

La pujada au govèrn deu FPO de Haider en Austria, la caça aus immigrats a El Ejido en Andalosia que son exemples qu'amuishan que l'extrema dreta n'èra pas morta e representa tostemps ua miaça. Sonque que denonciam tanben lo cinisme e l'ipocrisia deus partits qui's partatjan alternativament lo poder. Los crits e lo lor batahòri ne'ns deven pas borrar. Que hè bèth temps que lo FN e hè partida deu jòc politicaire. Que deu atrapar monde qui son esbarjats per la degradacion de las condicions de vita e misera, dividir los partits de dreta. Mes quan los lors "joguets" que s'escapan, la gòche joga "los antifascistas, los defensors de la democracia..."

L'arrivée du FPO de Haider au gouvernement autrichien, les ratonnades à El Ejido en Andalousie sont des exemples qui démontrent que l'extrême droite n'est pas morte et représente toujours une menace. Seulement nous dénonçons le cynisme et l'hypocrisie des partis qui alternent au pouvoir. Leurs cris et leurs vacarmes ne doivent pas nous tromper. Les fachos, depuis longtemps, font partie de leur jeu politicien : ils piègent les gens effrayés par la dégradation des conditions de vie et la misère du monde, divisent les partis de droite. Mais quand leurs "jouets" s'échappent, la gôche joue les "antifascistes garant de la démocratie"..

AAP - Cròc appelle à participer à la manifestation de samedi 19 février à 11 h devant la préfecture de Pau.

Contre les politiques racistes et discriminatoires en Europe ou ailleurs !

 

3 - Comunicat de premsa d'AAP deu 27 de març de 1998

Occitània antifascista !

AAP - Cròc appelle à participer à la manifestation contre le FN, samedi 28 mars, devant à la préfecture à 15 h.

On s'indigne de voir la vieille droite faire des alliances avec le Front Nazional, mais est-ce vraiment étonnant de la part de partis ayant mis en place des lois racistes (lois Pasqua, Debré) ? N'oublions pas "le bruit et l'odeur" de Chirac.

Nous dénonçons le cynisme et l'hypocrisie des partis qui alternent au pouvoir. Leurs cris et leur vacarme ne doivent pas nous tromper. Le F-Haine, depuis longtemps, fait parti de leur jeu politicien : il doit piéger les gens effrayés par la dégradation et la misère du monde qu'ils organisent. Oui, ils sont au service d'une économie totalitaire où seuls comptent les profits des plus riches - 358 personnes sur la planète ont les revenus des 2,3 milliards les plus pauvres !! C'est à la misère et à ceux qui en profite qu'il faut s'attaquer, pas aux immigré-es !

Face au F-Haine, ne choisissons pas Chevènement "Ach gross Republik", les matraques pour les chômeurs, les expulsions pour les demandeurs d'asile, les basques livrés à la torture espagnole, les ennemis de la diversité partisans de la mort de l'Occitan, du Breton, du Corse... au nom de : unitéetindivisibilitédelaRépublik.

Face au FH, ne choisissons pas les combinaisons politiciennes, les modes de scrutins tordus, les propos racistes et franchouillards, les stages et contrats bidons pour les chômeurs, les spectacles de charité pour les exclus, toujours plus d'hypermarchés, d'autoroutes, de camions, de TGV et a promesse de l'éternelle croissance.

Face un FN choisissons une nouvelle répartition des richesses (merci la bourse !), la garantie pour Toutes et Tous d'avoir un revenu, un logement, des soins, une éducation, de se retrouver dans ses repères, sa culture, sa langue dans des sociétés diverses et solidaires, tolérantes et ouvertes entre elles, de sortir de l'aliénation production-consommation-manipulation, de se réapproprier le temps de vivre, les moyens de créer sa vie.

Nous vous proposons, ici et maintenant, de tourner le dos à l'uniformité et au vide planétaire qui s'installent pour reconstruire notre identité dans la fraternité.

Anaram Au Patac - Cròc

4 - Comunicat de premsa d'AAP deu 19 de seteme de 1997

Anaram Au Patac appelle au boycott du festival de Siròs

Le malaise ressenti par certains de se retrouver aux côtés du FN Alexis Arette Lendresse n'est que l'aboutissement de la faiblesse politique du mouvement occitan à ne pas prendre de positions claires (tunnel du Sompòrt, luttes sociales, racisme...)

Anaram Au Patac - Cròc  avait déjà dénoncé l'ambiguïté du Festival de Siròs et tiré la sonnette d'alarme lors du Carnaval Biarnés. au nom de la culture béarnaise tout n'est pas permis !

Cette grande fête réactionnaire qu'est le festival de Siròs, organisées par les mêmes qui, il y a peu de temps encore, dénonçaient l"'impôt révolutionnaire" lorsque Calandreta demandait un petit soutien financier. Les mêmes qui au nom d'un consensus béarnais, font passer leur discours passéiste, vide de toute émancipation sociale et culturelle.

Le débat sur l'avenir du Béarn organisé à Siròs, rassemblera une fois de plus, autour de Lendresse et Mariette, les "capulats" tels que Lassalle et Bayrou, en passant par Labarrère et Saint Josse.

L'avenir du Béarn ne doit pas passer par cette grande messe qui a déjà vendu une partie du pays à la mafia capitaliste.

5 - Comunicat de premsa d'AAP deu 28 de hèurer de 1997

Anaram Au Patac qu'a colat hens la nueit deu 28 de heurèr paperòlas peu centre vila de Pau. Aqueras paperòlas que denoncian l'infiltracion deu FN hens l'organisacion Carnaval-Pantalonada peu biaish d'un encart publicitari (Nota : il s'agissait d'un encart de l'agence immobilière de Jacques Henriot, secrétaire départemental du FN). Dejà a Siròs, que denoncièm l'acaparament per un conselhèr regionau deu FN la hestejada de la cançon biarnesa. Tad aqueth monde, identitat que rima dab fascisme, tà nosautes qu'ei tot lo contrari.

Per'mor d'aquò, que nse'n dam d'aquera tolerencia taus intolerants qui peu passat e miè tà las òras escuras deu regime de Vichy.

L'Occitània qui defendem ne pòt pas acceptar ideas d'aqueras. Lo mestissatge, la libertat e l'antiracisme que deven estar opausats de hiu ad aqueth mode qui's serveishen de la misèria deus autes.

Per'mor d'aquò de difusaram mantun centenats de paperòts au carnaval lo 1èr de març a Pau.

Tà ua Occitània libra e antifascista !

Anaram Au Patac a collé dans la nuit du 28/02 des affiches dans le centre ville de Pau. Ces affiches dénonçant l'infiltration du FN dans l'organisation Carnaval Pantalonada par le biais d'un encart publicitaire (Nota : il s'agissait d'un encart de l'agence immobilière de Jacques Henriot, secrétaire départemental du FN). Déjà à Siròs nous avions dénoncé la main mise d'un conseiller régional Front National sur le festival de la chanson béarnaise.

Pour ces gens identité rime avec fascisme, pour nous c'est tout le contraire. C'est pour cela que nous nous inquiétons de cette tolérance pour les intolérants qui par le passé a menée aux heures sombres du régime de Vichy.

L'Occitanie que nous défendons ne saurait accepter de telles idées. Le métissage, la liberté et l'antiracisme doivent constamment être opposés à ces gens qui détournent la misère des autres.

Pour cette raison nous diffuserons plusieurs centaines de tracts lors du carnaval le 01/03 à Pau.

Pour une Occitanie libre et antifasciste !

Barrar