COMUNICAT DE PREMSA


ESTAR CRS E CROTZAR NICOLAS SARKOZY SUS UN PONT…

Qu'ei mensh riscat de péner Nicolas Sarkozy peus pès au dessús deu gave que de l'insultar. Qu'ei çò qui constata Anaram Au Patac en véder dus jutjaments renduts dimars lo 10 de heurèr de 2004.

Lo purmèr, a Baiona : dus CRS que son condemnats a 18 e 12 mes de preson dab sursís. L'un a ua interdiccion de har la foncion de policièr pendent dus ans, l'aute definitivament. Lo 31 de març de 2002, a Hendaia, suu pont enter Bascoat Nòrd e Sud, qu'interpellan un gojat, qu'u ligan ua còrda aus pès puish que'u suspenen au dessús de la Bidassoa. Que son estat reconeishuts copables de "violéncias agrevadas" 22 mes après los hèits.

Lo quite dimars 10 de heurèr, un joen de Estrasborg qu'ei condemnat a un mes de preson fèrme entà d'aver, la velha, lançat ua insulta a Nicolas Sarkozy, Ministre de l'Interior francés. Qu'ei reconeishut copable d'"otratge a ua persona depositària de l'ordi public" l’endoman !

Le joen estrasborgués que s'a devut har dòu de non pas estar CRS e de non pas aver crotzat Nicolas Sarkozy sus un pont ! Que seré estat condemnat mensh pesucament e plan mei tard !

Aquera inegalitat ordinària enter dus CRS e ua persona qui n'apartien pas au seralh policièr que’s pren tot lo sens l’endoman, dimèrcs lo 11, au parat deu vòte de la lei Perben. Qu'auhereish enqüera mei de poders a la polícia francesa, l'un d'eths qu'ei de guardar las personas arrestadas 48 òras abans qu'un avocat e’n posca viéner. Que podè interviéner de la purmèra òra enlà abans. Imaginatz-ve 48 òras, embarrat, enter las mans deus CRS deu pont de Hendaia o d'agents deu medish escantilh…

Las violéncias policiàrias que son correntas, las condemnacions deus copables rialas. L'Estat francés que’s persegueish la causida de societat policièra e seguretària e que balha signes de sostien hòrt a la soa polícia.

Que podem acusar Anaram Au Patac d'estar "antiflics" primaris e atau estremar sajament lo subjècte. Mes quantas personas e subin violéncias mensh espectacularas de la part d'aqueths dus CRS ? Quantes deus lors collègas an un comportament semblable ? Quantas insultas racistas, sexistas, omofòbas dens los comissariats, los camions de polícia, las carrèras ? Quantas umiliacions, cohats, còps de matracas, gas lacrimogènes ?

D'aqueste temps, los delictes financièrs, los ahars politicò-financèrs ne son pas includidas en la lei Perben.

Anaram Au Patac que denoncia un ennau còp las causidas de societat de l'Estat francés e qu'apera los poblans d'Occitània a organizà's entà non pas mei subir causidas taus mes au contra, bastir las qui anaràn de cap tà la justícia sociau e la libertat deus pòbles.


ÊTRE CRS ET CROISER NICOLAS SARKOZY SUR UN PONT…

Il est moins risqué de pendre Nicolas Sarkozy par les pieds au-dessus du gave que de l'insulter. C'est ce que constate Anaram Au Patac au vu des deux jugements rendus le mardi 10 février 2004.

Le premier, à Bayonne : deux CRS sont condamnés à 18 et 12 mois de prison avec sursis. L'un a une interdiction d'exercer la fonction de policier pendant deux ans, l'autre définitivement. Le 31 mars 2002, à Hendaye, sur le pont entre Pays Basque Nord et Sud, ils interpellent un jeune homme, lui attachent une corde aux pieds puis le suspendent au-dessus de la Bidassoa. Ils ont été reconnus coupables de "violences aggravés" 22 mois après les faits.

Le même mardi 10 février, un jeune de Strasbourg est condamné à un mois de prison ferme pour avoir, la veille, lancé une insulte à Nicolas Sarkozy, Ministre de l'Intérieur Français. Il est reconnu coupable d'"outrage à une personne dépositaire de l'ordre public" le lendemain !

Le jeune strasbourgeois a dû regretter de ne pas être CRS et de ne pas avoir croisé Nicola Sarkozy sur un pont ! Il aurait été condamné moins lourdement et bien plus tard !

Cette banale inégalité de traitement entre deux CRS et une personne n'appartenant pas au sérail policier prend tout son sens le lendemain, le mercredi 11, lors du vote de la loi Perben. Elle offre, entre autre, encore plus de pouvoirs à la police française, l'un d'eux étant de garder des personnes arrêtées 48 heures avant qu'un avocat ne puisse venir. Auparavant il pouvait intervenir durant la première heure. Imaginez-vous 48 h, enfermé, entre les mains des CRS du pont d'Hendaye ou d'agents du même acabit…

Les violences policières sont courantes, les condamnations des coupables rares. L'État français poursuit son choix de société policière et sécuritaire et donne des signes de soutien forts à sa police.

On peut bien sûr accuser Anaram Au Patac d'être "anti-flic" primaire et ainsi écarter sagement le sujet. Mais combien de personnes ont subit de violences moins spectaculaires de la part de ces deux CRS ? Combien de leurs collègues ont le même type d'attitude ? Combien d'insultes racistes, sexistes, homophobes, de gifles, de coups de matraques, de gaz lacrymogènes ?

Pendant ce temps, les délits financiers, les affaires politico-financières ne sont pas incluses dans la loi Perben.

Anaram Au Patac dénonce une énième fois les choix de société de l'Etat français et appelle les habitant-es d'Occitània à s'organiser pour ne plus subir de tels choix mais au contraire bâtir ceux qui iront vers la justice sociale et la liberté des peuples.

 

Anaram Au Patac

Barrar